Bienvenue »

1 septembre 2019 – 14 h 00 min

Horaires en période scolaire : mardi 17-19h, mercredi 14-16h, samedi 14-16h /
Horaires pendant les congés : du lundi au vendredi de 14 à 16h (les jours ouvrables).
– Lieu : sous-sol de la M.A.C. 2, rue du stade …

Lire l'article complet »
Dans la presse...
Tournois annoncés
Résultats sportifs
Vie du club
Ecoles
Accueil » Dans la presse...

La rentrée dans le rythme

Soumis par sur 5 septembre 2013 – 22 h 00 min
(Cet article est paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace du 3/09/2013)

Ce matin, plus de 1 200 élèves des huit écoles de Bischwiller découvriront leur nouvel emploi du temps avec des journées raccourcies ponctuées d’activités péri-éducatives et une matinée de classe supplémentaire le mercredi.

Des journées de classe moins chargées (pas plus de 5 h 30) qui se terminent par des ateliers périscolaires, une matinée d’école supplémentaire le mercredi matin, et deux jours pour se reposer en fin de semaine… Voilà ce qui attend les 1 254 écoliers bischwillerois en cette rentrée scolaire 2013. Et eux seuls…

La Ville de Bischwiller étant la seule de l’arrondissement de Haguenau à avoir choisi d’appliquer la réforme des rythmes scolaires en 2013, les autres ayant préféré attendre 2014 (dans l’Outre-Forêt, une seule commune, Wingen, 453 habitants, est concernée). Une proposition qui avait fait consensus auprès d’une majorité de parents d’élèves, d’enseignants, d’assistantes maternelles et d’associations puisqu’ils étaient 52 % à s’être prononcés positivement (sur les 70 % à avoir répondu) lors d’un sondage réalisé par la Ville en mars dernier.

À quelques mois de la rentrée, restait à décider des modalités d’application de cette réforme. Comment occuper les enfants après l’école ? C’est-à-dire à partir de 15 h 15 en élémentaire et 15 h 10 en maternelle les lundis, mardis, jeudis et vendredis et 11 h le mercredi ?

l-ecole-de-musique-de-bischwiller-proposera-une-initiation-aux-echecs-dans-les-ecoles-elementaires-photo-archives-dna

L’École de musique de Bischwiller proposera une initiation aux échecs dans les écoles élémentaires. Photo archives DNA

En plus des activités pédagogiques portées les enseignants au sein de la classe, « la Ville a décidé de mettre en place un temps “ péri-éducatif “ de 15 h 15 à 16 h 45 », indique Nicole Thomas, qui rappelle que l’investissement des municipalités est basé sur le volontariat. Les services sports et culture, la médiathèque et la MAC ont donc été mobilisés. Des ateliers sportifs seront proposés deux fois par semaine dans chacune des trois écoles élémentaires ainsi qu’une animation autour du livre pour les grandes sections de maternelle assurée par la médiathèque.

Un remarquable travail de partenariat

Afin de renforcer les effectifs existants (éducateurs sportifs et animateurs culturels), la Ville a également fait appel aux associations locales. « Seules celles qui ont les moyens en terme de personnel et proposent des activités qui peuvent être organisées au sein des établissements ont répondu, soit une dizaine sur les 70 associations existantes, explique Véronique kuntz, responsable du service à la population. « L’important, c’est que ces activités répondent à des objectifs éducatifs, culturels et sportifs et qu’elles soient ludiques », insiste le maire, qui relève le « remarquable travail de partenariat entre la collectivité, les services de l’État et les associations.

Une fois la cloche sonnée, les élèves de maternelle et de primaire pourront donc profiter de tout un panel d’activités diverses et variées. « Cela va du chant, théâtre ou de l’aide personnalisée proposée par les enseignants, à des ateliers “ danse contemporaine “, “ théâtre et marionnettes “ ou “ lecture théâtrale “ portés par la MAC en passant par une initiation aux échecs, au badminton ou à la musique par les associations », détaille Monique Litt, adjointe au maire en charge des affaires scolaires.

Un nouveau programme sera établi pour chacune des cinq périodes (une période correspond au temps scolaire entre deux vacances), permettant aux enfants de varier le type d’activité tout au long de l’année.

Ces ateliers seront « l’occasion pour eux de découvrir des activités auxquelles ils n’auraient peut-être pas eu accès et qu’ils pourront, s’ils le souhaitent, poursuivre dans un cadre privé », réagit Monique Litt.

Les familles « satisfaites »

Nicole Thomas insiste : « Ce sont les enseignants et eux seuls qui proposeront les activités aux enfants et en informeront les parents, lesquels seront libres d’accepter ou de refuser ». Elles démarreront le 17 septembre pour celles proposées par les enseignants et par la Ville, et après les vacances de la Toussaint pour celles mises en place par les associations.

Pour l’instant, le nombre d’inscrits n’est pas encore défini. « Nous ne savons pas comment les parents vont se positionner, nous devrions connaître l’organisation dans chaque école d’ici une quinzaine de jours », précise Véronique Kuntz

La durée des activités variera entre 1 h et 1 h 30 pour les écoles élémentaires et 45 minutes pour les élèves de maternelle. Le coût pour la commune s’élève à 80 000 euros, soit 62,50 euros par an par enfant. Un fond d’amorçage mis en place pour les pionniers de la réforme, soit 110 000 euros, va être versé à la Ville. « Il restera 30 000 euros pour l’année prochaine, en plus des 51 200 euros de la DSU (dotation de solidarité urbaine, NDLR) en 2014, ce qui permettra de couvrir les activités pour l’année 2014/2015 », souligne Nicole Thomas. Du coup, les parents n’auront pas à mettre la main au portefeuille. « Beaucoup de familles rencontrées se sont sites satisfaites du fait de la gratuité et parce qu’elles ont réussi à s’organiser. Pour l’instant, nous n’avons eu aucune réclamation », se réjouit le maire.